Les codes les plus courants:

  • 200: il signifie tout simplement que tout se passe bien. La requête est un succès ;
  • 301 et 302: une redirection a été mise en place, ce qui signifie que l’URL vers laquelle vous vouliez aller n’existe plus et que vous avez été redirigé vers une autre adresse. Dans le cas d’un changement définitif d’URL, une redirection 301 permanente est préférable à une redirection 302 temporaire ;
  • 404: la page est introuvable. Vous connaissez probablement le code http pour être déjà tombé sur une page introuvable ;
  • 500: une erreur interne du serveur empêche la réalisation de la requête, et donc l’affichage du contenu ;
  • 503: le service est indisponible.

Vous avez noté une certaine logique dans le choix des nombres :

  • 2xx : codes http informant d’un succès ;
  • 3xx: codes http informant d’un changement d’URL et d’une redirection ;
  • 4xx: codes http informant d’une erreur au niveau du client web (côté utilisateur) ;
  • 5xx: codes http informant d’une erreur du serveur.

Identifier les codes http problématiques

Google Search Console vous renseigne sur les éventuels codes http soulignant des erreurs éventuelles. En cliquant sur index puis couverture, vous obtiendrez une liste des erreurs rencontrées comme les pages introuvables et les erreurs serveurs. Un diagramme vous propose l’historique des erreurs sur une période de plusieurs mois. Vous pouvez ainsi suivre l’évolution des erreurs  et identifier par exemple  la  date d’une hausse brutale : vous serez alors  en mesure de rechercher les éventuelles  mises à jour  ou  modifications de votre site justifiant une telle dégradation.  Pour aller plus  loin dans votre analyse, l’aide d’un crawler est requise. Ces logiciels reproduisent le processus d’indexage des moteurs de recherche en envoyant un  robot crawler votre site. Vous obtenez un tableau lisant vos URL et vous informant entre autres des codes  http renvoyés pour chacune d’entre elles. Les crawlers, les plus performants vous communiquent même les pages de votre site qui abritent des liens cassés (renvoyant vers une page introuvable) ou des liens comprenant une redirection (301 ou 302). Nous détaillons le fonctionnement et ces outils dans un chapitre dédié. Une fois que vous aurez identifié les codes http posant un problème, vous pourrez les corriger pour éviter qu’ils ne nuisent à votre SEO.

Conséquences des codes d’erreur  http et correctifs

Certains codes http peuvent perturber grandement le processus d’indexage et envoyer des signaux négatifs aux algorithmes des moteurs de recherche, pénalisant votre référencement naturel.

Les  redirections sont normales dans la vie site web, et sont même indispensable dans le cadre d’une refonte ou d’un changement de nom de domaine. En mettant en place des redirections 301, vous vous maintenez la même expérience utilisateur tout en informant les moteurs de recherche des nouvelles adresses à indexer. Mais une redirection ajoute une étape inutile, ralentissant le crawl et donc tout le processus d’indexage. Au lieu d’aller d’un point A à un B, le robot d’indexage va d’un point A à un point B qui le renvoi vers un point C. il est donc utile de corriger les liens de votre menu et  tous les autres  liens internes de votre site  pour qu’ils renvoient directement vers la  nouvelle URL en évitant l’étape inutile de la redirection.

Les pages introuvables font aussi partie de la vie  de votre site. Un site e-commerce, un annuaire, un site  d’emploi  ou un site de petites annonces comme parlonsdigital.fr  font évoluer leurs offres, de nouvelles pages sont créées  tous les jours  quand d’autres disparaissent. Par  contre, si vous pouvez tout à faire afficher le code http 404 pour des produits que vous ne commercialisez plus pourvues, vous devrez vous assurer qu’aucun lien interne ne renvoie vers ces URL introuvables : ce serait en effet un temps perdu pour Google bot.

 

 

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *